Des Gaulois aux Gallo-Romains

Saint-Père-sous-Vézelay : site des Fontaines Salées
Autun : Porte d'Arroux

ALÉSIA (21) : Visite d’1h sur le site archéologique. 

Compter 3h de visite en incluant le MuséoParc. Il serait fastidieux d’énumérer les très nombreux sites de Bourgogne et de Franche-Comté qui ont prétendu être l’antique oppidum d’Alésia. Il existe cependant depuis quelques décennies un assez large consensus, chez les historiens antiquisants, pour affirmer qu’Alise-Sainte-Reine est le site d’Alésia, où un siège décisif fut mené par César en utilisant les techniques de la poliorcétique, l’art de prendre les villes. Cette identification se lit déjà sous la plume d’Heiric d’Auxerre au IXe siècle dans sa Vie versifiée de saint Germain et les confirmations archéologiques récentes emportent l’adhésion. En ce lieu, le chef et stratège arverne Vercingétorix, qui avait fédéré une partie des Gaulois, fut assiégé par les légions romaines et, après un ultime échec pour desserrer l’étau et en dépit de l’aide d’une armée de secours, dut se rendre à César (52 av. J.-C.). Cet épisode, qui marque une étape majeure dans la pénétration de l’influence romaine en Gaule transalpine, influence bien attestée dès la fin du IIe siècle av. J.-C., ouvre une période de plus de cinq siècles de civilisation gallo-romaine que le christianisme transforme et à laquelle les Burgondes puis les Francs ne mettent pas totalement fin au VIe siècle. Alésia est alors désertée. Depuis les fouilles encouragées sous Napoléon III, elle livre ses vestiges sur le plateau et mérite bien le tout nouveau centre d’interprétation (le MuséoParc inauguré en 2012) qui lui est notamment consacré.

AUTUN, “SOEUR ET ÉMULE DE ROME” (71) : 1h30 de visite générale des monuments gallo-romains en utilisant un véhicule motorisé: “Pierre de Couhars”, enceinte, temple dit “de Janus”, Portes d’Arroux et de Saint-André, théâtre antique. Le parcours-découverte d’1/2 journée permet de découvrir l’essentiel de la cité autunoise antique et médiévale avec le Musée Rolin, la cathédrale Saint-Lazare et le bâti civil médiéval. 

ESCOLIVES-SAINTE-CAMILLE (89) : la villa et les thermes gallo-romains. Possibilité d’associer à cette visite d’1h celle de l’église romane du village, en fonction de son accessibilité, et dont la magnifique crypte de la fin du XIIe siècle mérite le détour. Selon la légende, sainte Camille aurait été, comme Magnance et Pallaye, une pieuse romaine morte lors du transfert jusqu’à Auxerre de la dépouille de saint Germain, décédé lors d’une mission à Ravenne auprès du général Aetius (448).

SAINT-PÈRE-SOUS-VÉZELAY (89) : Visite d’1h sur le site des Fontaines Salées et de son nouveau centre d’interprétation (2017). Il est possible d’y associer celle du village, fier de sa merveilleuse église gothique Notre-Dame (XIIIe-XVe s.) et animé par l’activité de ses artisans locaux, dans le cadre d’un parcours-découverte de 3h. Le parcours-découverte d’une journée permet d’y ajouter Vézelay, où s’écrit dès l’époque carolingienne la suite d’une histoire qui débute dans la vallée plusieurs millénaires auparavant.  

Close Menu